mardi 18 septembre 2007

La loi de la Moyenne

chroniques dominicales


N'imaginez surtout pas que je vais vous entretenir sur des moyennes ponctuées de chiffres et statistiques. De toute façon, on m'a enlevé la faculté de comprendre les mathématiques dès l'enfance. Il existe donc une autre moyenne. Vous allez faire "ah ben oui" quand je vais vous le dire. Vous êtes prêts ; Le citoyen moyen. Celui qui traduit la pensée globale du reste de la population. Mais c'est qui le citoyen moyen? Et qu'est-ce qui le rend si moyen? Son compte en banque, son emploi, ses achats, ses opinions? Moyen comment?

Il existe pour représenter l'ensemble de la masse. Il a probablement un début de calvitie, qui tente par tous les moyens de cacher en portant une casquette de baseball. Il possède sûrement deux autos, mais il en préfère une, celle qu'il lave plus longuement les dimanches. Il baise sporadiquement, de temps en temps, mais il baise moins qu'avant. Le citoyen moyen achète par crédit, fait rouler l'économie, mange des plats congelés, va reconduire ses enfants à leurs pratiques de soccer, hockey, natation et cours de piano. Il est l'opinion globale de notre société.

Il est arrivé quelque chose de surprenant cette semaine, quelque chose qui redonne un peu de crédibilité à ce que l'on nomme la démocratie. Cette semaine donc, Jean Charest a reculé sur un projet. Il a senti que l'opinion publique n'était pas en faveur de son idée de subvention. D'abord bravo Jean. Sérieusement, bravo d'avoir fait le mea culpa, mais surtout d'avoir admis tes torts. On voit ça trop rarement en politique. Ils font tellement de gaffes nos politiciens, mais c'est pas souvent qu'ils l'admettent. Donc bravo encore Monsieur Charest, mais trop tard.

Deux fois en deux ans que l'opinion publique fait changer une décision. Avant celle-ci, il y avait eu le Suroit. Tout ça est en partie dû au citoyen moyen. Ben oui, le même qui fait son épicerie dans deux endroits différents pour sauver un peu plus. Le citoyen moyen s'est fâché, il s'est levé, il est sorti de son fauteuil confortable, pis il a dit « ça pas d'allure ». C'est pas la grosse mobilisation, mais c'est déjà un pas dans la bonne direction.

Est-ce que le citoyen moyen se serait réveillé? Va-t-il profiter de ce pouvoir face à une bureaucratie qui rit souvent de lui?

J'irai pas jusqu'à dire qu'on entre dans une nouvelle ère. Le citoyen moyen c'est aussi lui qui vit de moins en moins en communauté et de plus en plus en individualité. Paradoxale, non? C'est sûr qu'en changeant les couches du petit dernier, le citoyen moyen se demande ben comment il va faire pour arriver à la fin de l'année. J'pense qu'il commence à lentement péter les plombs le citoyen moyen. Disons que ce n'est pas le temps de déréglementer les lois sur les armes à feu. Ça pourrait faire mal.

Là-dessus, le citoyen moyen trouve aussi qu'il fait froid ces temps-ci. Météo, une chance qu'on t'a.

jf Daunais

Aucun commentaire: