mardi 18 septembre 2007

Mets du feu dans la cheminée

chroniques dominicales

Cher Père Noël.

Je sais que ça doit bien faire une vingtaine d'années que je ne t'ai écrit, pardonne-moi cet écart. Tu sais combien c'est pas toujours facile l'adolescence. Mais bon, je suis de retour et j'aimerais te faire part de quelques demandes et objets de convoitise qui pourraient me faire grand plaisir.

Je sais également que tu es très occupé en cette période de l'année. Hier encore, tu débarquais au centre d'achat d'Anjou à bord d'un hélicoptère. Un hélicoptère! Père Noël, fais-moi plaisir et mets à la porte celui qui s'occupe de ton marketing. En plus des séances de photos, tu as tes engagements publicitaires. J'aime particulièrement la publicité que tu as tournée pour "Brault et Martineau". Je sais aussi que beaucoup de jeunes enfants t'écrivent, mais côté ancienneté, c'est moi qui mène. De toute façon, ils vont te réécrire l'an prochain. Moi, je suis du genre à boycotter si j'ai un mauvais service après-vente. Alors voici.

- J'aimerais que pour Noël, tu me débarrasses de Pierre et Yvon. Tu sais pas de qui je parle. Y'a pas le câble par chez vous. Et la télé satellite? Bref, ce sont les deux animateurs des matchs de hockey. Si ça peut te consoler, tu ne perds rien à ne pas les connaître.

- Aussi, peux-tu m'apporter une carte soleil V.I.P., question que j'évite l'attente à l'urgence. C'est rendu plus long attendre pour voir un médecin que d'entrer au café campus un mardi soir en plein début de session.

- Un vélo, mais le plus affreux, le plus rouillé, le plus mal en point que tu peux me dégoter. Peu importe que ce soit un siège banane, que les vitesses ne se changent plus. Tant et aussi longtemps que le truc roule encore. Si tu n'as que de beaux bicycles dans ton entrepôt, laisse faire. Apporte-les aux futurs voleurs. (Si tu veux vraiment en trouver un, passe faire un tour dans les restants des entrepôts du Distribution au consommateur).

- Un livre pour les nuls sur "comment-aborder-une-parfaite-étrangère-dans-un-supermarché".

- Si tu pouvais déposer sous l’arbre un congé sans solde d'un an à Dominic Arpin (l'explorateur urbain) et au nouvel animateur des Francs-tireurs (Patrick quelque chose). Juste parce que le journaliste tout-terrain, comme s'ils étaient en plein centre d’une tranchée en Irak, ça va faire.

- Si tu pouvais mettre le feu à une des deux des maisons Rona juste avant qu'il ait terminé les rénovations. Je sais Père Noël, c'est pas très gentil, mais fais moi pas accroire que Mère Noël te casse pas les oreilles avec le couple des bleus.

- Je voudrais aussi déballer les plans détaillés du métro de Toronto. Les sorties, les wagons, la ventilation, l'affluence. Tout! Pourquoi? Ça vaut une petite fortune sur e-bay ce genre de document là.

- Que Lacaille (prof dans Virginie) fasse partie de la table des négociations pour le sort des professeurs. Pas mal certains que la Jérome-Forget ferait moins sa fringante, surtout si Lacaille sort sa guitare.

- Je pousserais pas ma luck trop loin, mais sincèrement Père Noël, s’il n'y a qu'un cadeau que tu puisses me faire cette année. Juste une chose. Alors, ma seule demande est une tempête de neige (comme dans le temps) la journée des élections. Ça va leur apprendre à avoir choisi la même date que ma fête. Bande d’enfoirées.

Je te remercie pour ton temps Père Noël. Et si tu m'oublies, fais attention. Tes lutins qui travaillent à la production de jouets sont-ils bien traités ? Que je te vois les exploiter à la sauce Wall-Mart. En passant, on m'a dit que ton terrain avait perdu de la valeur. Ah, maudit changements climatiques.

jf daunais

Aucun commentaire: