mercredi 5 décembre 2007

Pendant que l’hiver sévit


Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas entretenu! Pis, depuis la dernière fois, quoi de neuf ? « Same old, same old ». Je sympathise, moi aussi. On pourrait tout aussi dire que les mois de novembre passent et se ressemblent tous. Pauvre novembre, toujours placé juste avant les fêtes. Négligé pas par choix.

Ces dernières semaines, j’ai trouvé une petite merveille à la télé. Au canal Vox à ma grande surprise. Ce canal qui n’est que visionné pour connaître la sacro sainte température extérieure.

J’ouvre une parenthèse (il y a deux types de québécois. Les deux caractérisés par la température.
Il y a le plus rationnel, qui se gave de statistiques. Lui, il reste au chaud chez lui et il tente de se figurer comment froid ça peut bien être -7.
L’autre québécois, lui, n’allume ni télé, ni radio. Il met son nez dehors quelques secondes et il établie sur sa propre échelle le type d’habillement pour la journée. Deux québécois, le même degré Celsius).

Donc, sur Vox, sévit le show le plus drôle. Bien avant drôles de vidéos, les gags tva, les festivals juste pour rire 1992 au canal D ou Pierre et Yvon au hockey. Ces temps-ci, l’incontournable se déroule dans des salles de conférences aux tapis gris à motifs. « Bouchard et Taylor en tournée ». Deux intellectuels qui sillonnent le Québec pour écouter les discussions de cuisines exposées au grand jour.

Je ne sais pas ce qui est le plus drôle. Le public, qui par sa prise de la parole, réussit à conjuguer des noms communs et qualifier des verbes. Mais la force du show est aussi attribuable au sens de la répartie de Bouchard. Toujours à propos, juste assez baveux. Il a sa façon plein d’esprit de ridiculiser les commentaires absurdes.

Parenthèse. (Mr Taylor et Bouchard sont d’excellentes caricatures de l’anglo et du franco du Québec.
Le plus réservé Taylor, patiente lentement avec une moue et un sourire chargé de double sens. Une petite réplique, pas trop appuyée, insérée entre deux phrases. Quelque chose qui a voir avec l’humour British. L’accent en moins.
Quant au franco, lui, c’est plus gras, plus mononcle. Bouchard, est un fast shooter. Il n’en manque pas une. Appelle-on ça de l’humour à punch. Ensemble, ils forment tout un duo).

Je suis déjà attristé de voir cette commission d’accommodements raisonnables prendre fin. Que reste-t-il pour me marrer un bon coup avant le trop plein de boxing day qui dur un mois? L’enquête publique sur Mulroney? Pour rendre ce somnifère comique, ramenez vivement l’ex-juge Gomery.

///

Pendant que je vous écris, les miss météo du pays ont un stress supplémentaire sur les épaules. Ce sont soirs de grande écoute. Un soir de tempête. C’est toujours bon pour la nouvelle.

Certains s’intéresse aux chiffres : 37 cm, -5 degré Celsius, 3 cm pour demain. D’autres sont fascinés par les images montrant la tempête : une sortie de route, des gens déblayant leurs entrées. Mais peu importe, les deux ont compris que l’hiver est arrivée.

Moi, j’ai compris il y a semaine déjà. C’était ma dernière sortie vélo. J’en aurais pris plus, mais le lendemain matin, vêtue comme un coureur des bois, je n’ai pus reprendre mon vélo. C’était finalement l’hiver. Mon cadenas était gelé pour la saison.

jf daunais

1 commentaire:

doiion a dit…

J'ai aussi renoncé au transport à vélo... et acheté ma première CAM depuis des lustres.